Skip to content

C’est quoi déjà, le SEPA ?

30 octobre 2009

Euro-enthousiasmeJe ne sais pas pour vous, mais jusqu’à une date récente, je n’avais pas la moindre idée de ce que pouvait bien être le SEPA. Un acronyme de plus dans l’océan des acronymes. Et puis soudain, des papiers dans la presse économique, des communiqués de la Fédération bancaire française ou de la Banque de France… Cerise sur le gâteau : la Commission européenne m’annonce que le SEPA n’est autre que la « suite naturelle de l’introduction de l’euro et une nouvelle grande étape dans la réalisation d’un marché unique efficace en Europe. » Un événement, visiblement.

SEPA donc, pour « Single Euro Payments Area ». Autrement dit, espace unique des paiements en euros. Après (courte) enquête, je découvre que les banques européennes y travaillent depuis 2002 et que cela va leur coûter entre 5 et 8 milliards d’euros : la belle affaire ! Tout ça pour quoi au fait ? Pour qu’on puisse à l’avenir effectuer, dans n’importe quel pays d’Europe, des paiements (par carte, par virement, par prélèvement) aussi facilement qu’on le fait déjà dans nos frontières nationales.

Première réaction : la déception. D’expérience, j’avais déjà l’impression de pouvoir payer partout sans souci, par la magie de ma carte bancaire et moyennant, éventuellement, quelques frais. Et je ne vois pas, dans l’immédiat, quel besoin j’aurais d’effectuer des virements, même gratuitement, en Pologne ou en Grèce… De fait, le SEPA, grand projet européen, n’aura guère d’impact direct sur la vie de l’immense majorité des Européens. Encore que…

La Commission européenne, en effet, promet que le SEPA, et la directive sur les services de paiement qui en fixe le cadre juridique, imposera aux banques de mieux informer leurs clients. Autre nouveauté : la création d’un statut d’établissement de paiement, ouvert aux acteurs non-bancaires. Plus de transparence d’un côté, de nouveaux entrants de l’autre : pour la Commission européenne, tout est réuni pour offrir, dans les années à venir, de meilleures conditions de concurrence, et donc la promesse de bienfaits pour les consommateurs. Acceptons-en l’augure, tout en gardant une posture de doute raisonnable.

Photo © CC – Chourka Glogowski

Publicités

From → Banques

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :